8 – Montre

The White Rabbit by Sir John Tenniel

Je porte peu mes montres : sentir un accessoire au poignet me gêne pour jouer du violon Marcel, j’ai essayé et à gauche (ça fait chclic chclic) et à droite, c’est non. J’ai donc fini par décider d’en mettre une uniquement quand le temps m’est compté, pour m’éviter de stresser et de vérifier l’heure sur mon téléphone trop souvent.

Car oui, je suis complètement flippée du retard (chez moi, tous les objets affichant une heure réglable manuellement avancent de quelques minutes, sans que je sache exactement combien). Et j’ai bien du mal à laisser courir le temps sans éprouver le besoin d’une vague maîtrise…

La montre à laquelle je pense tout spécialement aujourd’hui ? C’est celle qui a malheureusement glissé de mon poignet, probablement lors d’un trajet à vélo, alors que je m’étais enfin décidée à la sortir pour une occasion, lui faisant enfin reprendre une vraie place, un rôle autre que celui de souvenir. Elle était belle, c’était une des montres de mon père… c’est arrivé lundi et je ne digère toujours pas.

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.